NBA buzzer
 
 
Rubriques
 
Michael Jordan : En 97, le magazine 5 majeurs avait réalisé un premier rescencement des shots au buzzer de MJ, et portait ce total à 24. Dieu vivant du shot à la dernière seconde, c'est en effet dans le money time que Jordan s'est le mieux illustré. De son panier pour la victoire en Finale universitaire au shot du titre contre Utah en 98, en passant par des tirs au buzzer assassins contre les Cavs, les Knicks etc, MJ aura été la terreur du buzzer de toutes les équipes

Larry Bird : " Bird steals the ball, at the buzzer… YES !!!! " Combien de fois le nom de Bird a-t-il été associé au buzzer ? A Boston, de la première jusqu'à la dernière de ses douze saisons, il était toujours celui qui prenait le shot décisif. La menace d'un de ses 3pts assassin se lisait à l'approche du buzzer sur tous les visages de ses adversaires. Son shot primé en deux temps réussi en 92 face aux Blazers restent pour beaucoup le plus beau panier de sa carrière.

Reggie Miller : Surnommé Killer Miller, Reggie reste le shoteur au buzzer le plus menaçant de l'histoire du jeu. Difficile de rescencer tous ses exploits, mais nous citerons tout de même ses 8pts en 8 secondes face aux Knicks en 95, et son 3pts contre Jordan lors du Game 4 de la finale de conférence 98.

John Stockton : Il ne faut pas oublier qu'en plus d'être peut être le meilleur meneur de tous les temps, Stockton reste aussi un des plus grands clutch players de l'histoire. Pendant les 47 premières minutes d'un match, sa première intention était la passe. Mais arrivé dans la dernière minute, Stockton savait prendre ses responsabilités, et pouvait armer son shot de n'importe où. Son panier le plus célèbre reste celui du Game 6 des finales de conférences 97 face aux Rockets.

Nick Van Exel : Nick « the quick » appartient à cette catégorie de shoteurs dits d’instinct. Aucune pression losqu’il arme son shot, aucune angoisse s’il sait qu’il a raté les cinq précedents ; son unique volonté est de faire mal, et sa confiance en lui est totale. A l’approche du gong, Van Exel est comme transcendé d’une force qui lui donne une réussite insolente. Les prises à deux ne peuvent rien y faire, en témoigne son double buzzer-beater face aux Spurs en 95.

Jerry West : Surnommé Mister Clutch pendant sa carrière, West reste le mentor du shoot au buzzer. Nul doute pour qui allait prendre la balle dans les moments chauds… Et même si les défenses s’y préparaient, le shot de Jerry West trouvait toujours comme par magie la cible. Son shot le plus célébre reste celui réussi dans le Game 4 de la Finale 70 face aux knicks à 17 metres du panier !!! Il est aussi l’auteur du shot de la victoire lors du All Star Game de la même année.

Robert Horry : Joueur de l’ombre mais clutch player du tonnerre, Robert Horry reste avant tout l’auteur du monstrueux 3pts au buzzer qui donna la victoire aux siens face aux Kings en 2002. Horry fait partie de cette race de shooteurs silencieux capables de dégainer de la ligne des 7m25 avec un sang froid de cobra. Auteurs de 5 paniers décisifs en phases finales, son pourcentage de réussite à 3pts dans les 5 dernieres secondes avoisine les 80%, voire le 100% si c’est en playoff.

Mario Elie : Son fameux « Kiss of death » a fait le tour du monde en 95. Sa spécialité, le trois points que l’on attend pas…dégainé dans l’angle mort. Un véritable assassin, assoiffé de buzzer…

Rex Chapman : Après une première moitié de carrière consacrée aux dunks et percées en tout genre, Chapman se reconvertit en danger public du buzzer apres un panier miraculeux réussi en 97 face aux Sonics. Sa spécialité : le shot en déséquilibre à 2 metres de la ligne à trois points avec un défenseur sur lui. Il fut aussi un grand spécialiste de l’action à 4 points.

Allan Houston : Clutch player de grande classe, doté d’une réussite insolente à l’approche des fins de match, Houston est connu pour avoir été le bourreau des Knicks en 99. Un des shots au buzzer les plus célébres de l'histoire des playoffs.

Tim Hardaway : A classer dans la catégorie des Nick Van Exel, Tim Hardaway est autant connu pour ses cross-overs que pour ses shots au buzzer. Un shoteur extrémement rapide qui dégaine toujours avec un sang froid de galce.

Sarunas Jasikevicius : Seul joueur n'évoluant pas dans le championnat américain à avoir eu sa photo à la une de NBA.com avec en titre "Best in the world ?", Jasik mérite sa place dans cette catégorie. Il a été le premier joueur à avoir une balle de match contre une Dream Team en 2000. Et 4 ans plus tard il réussissait trois paniers à 3pts en 40 secondes contre les USA à Athènes. Un jour peut-être, ce meneur d'exception foulera les parquets NBA.

Tracy McGrady : Il n'aura fallu qu'une action pour que le double meilleur marqueur de la ligue grave à jamais son nom dans le panthéon des clutchs player. 9 décembre 2004, lors d'une recontre avec les Spurs, Tmac est soudainement touché par la Grâce et remonte 13pts en 35 secondes à lui tout seul : 4 paniers primés dont un plus la faute et bien sûr le shot de la victoire après une steal... Un exploit dont on continuera à parler dans 50 ans...